Actualités

Formation des formateurs

L’Alliance Biblique du Congo au travers de son programme Bon Samaritain, a organisé du 15 au 17 Janvier 2018, à l’hôtel Africa à Brazzaville , un atelier de renforcement des capacités des formateurs sur l’utilisation du kit famille avec l’appui du service VIH de l’Alliance Biblique Universelle.  Cet atelier a connu la partition de dix-huit couples , venu de différentes églises.

Ce module encore appelé ‘’Amour Sexe et Mariage’’, est l’un des quatre modules du programme Bon Samaritain, et est composé d’une série de quatre films ,d’environ trente minutes qui présentent des défis  réels dans les familles, les couples et l’évolution des rôles des hommes et des femmes dans la société d’aujourd’hui. L’histoire dans ces films suit une famille de trois générations. A travers ce qui leur arrive, les gens  peuvent comparer à leur propres vies et ensemble discuter des solutions.

Le couple Bouanga, s’engage à implémenter le module famille ‘’Amour  Sexe Mariage ’’dans leur communauté.

Sentiments de Béatrice  GANGOUAP, facilitatrice du programme Bon Samaritain

La facilitatrice Béatrice GANGOUAP, originaire du Cameroun et travaillant pour l’Alliance Biblique Universelle au service VIH, mais aussi une des formatrices de l’atelier sur le module famille. Elle a partagé sur le pourquoi de leur présence à Brazzaville ; des objectifs et des attentes de l’atelier    :  ‘’  Nous sommes ici à Brazzaville, pour un atelier de renforcements des capacités des couples formateurs, qui travaillent avec l’Alliance Biblique du Congo, dans le cadre du module famille. Les objectifs de ce renforcement des capacités sont de deux premièrement renforcer et solidifier les liens du mariage entre ses couples qui sont appelés à encadrer d’autres couples dans chacune de leur église. Deuxièmement, les outillés à l’encadrement des  jeunes qui s’intéressent au mariage et enfin les encouragés à intégrer les personnes avec handicap dans leur formations et sensibilisation, car  ce sont  des personnes à part entière et souvent en couple , mais  marginalisées dans la plupart des cas. Pour ce qui est des attentes, nous souhaitons d’abord que chaque couple se transforme par ces enseignements puis s’investir à l’encadrement des autres , partout où le besoin de se fera sentir ‘’.

Sentiments du pasteur Félix Ngalémonie de l’EADC

Le Pasteur Félix Ngalémonie de l’EADC/Sadelmie, a aussi révélé ses sentiments: ‘’ le couple est la cellule principale de l’église, car lorsqu’il est attaqué c’est l’église qui subit ; voilà pourquoi nous nous intéressons à ce genre de formation, qui nous arme nous même au premier plan, puis nous aide à encadrer les couples de notre église; car nous avons un groupe de couple. Il faut aussi dire que ce renforcement des capacités est important par ce qu’il y’a des choses que nous  n’avons pas toujours connaissance ,comme par exemple nous n’avons jamais pensé  aux personnes vivant avec handicap qui pour moi n’était pas un problème, mais maintenant j’apprends qu’en les empêchant de bénéficier de nos formations était une façon de les marginalisées . D’où au sortir de cet atelier, il faut que nous  les intégrions dans nos formations puisqu’elles sont des personnes à part entière, vivant les même difficultés que les autres  et ce sont des âmes du seigneur aussi qui ont besoin de croitre et de s ’épanouir. ‘’

Laisser un commentaire

Please enter your name.
Please enter comment.
catégories
fr_FRFrançais
fr_FRFrançais